Token ROSE, la version 2.0 du RGPD

Rose, le nouveau token de l’entreprise Oasis labs vient d’être listé sur Binance ce 19 novembre 2020.

Comme d’habitude, je vous présente une petite FAQ sur le projet.

ROSE, c’est quoi?

ROSE c’est un token qui a pour but de rendre le contrôle de la gestion des données personnelles à l’utilisateur et de simplifier l’utilisation des données personnelles par les entreprises en apportant de nouveaux outils pour faciliter ce but.

Pour vous expliquer l’utilité de ce token, vous devez d’abord comprendre ce qu’est le RGPD, cet acronyme qui fait assez peur mais il est en fait assez simple à comprendre une fois décomposé.

Le RGPD c’est quoi?

Le RGPD (règlement général sur la protection des données) est un règlement européen qui a été pour la première fois instauré en 2018. Celui-ci vise à éviter les abus au sujet des données personnelles sur internet en s’assurant que les personnes concernées aient donné leur consentement sur l’utilisation de leurs données, entre autres.

Vous ne voudriez pas qu’Apple, par exemple, qui vous fournit un service, revende vos données à un tiers qui va vous spammer de publicités et cela sans votre consentement. Vous souhaitez également être au courant si vos données personnelles ont fuité sur une plateforme à laquelle vous faisiez confiance ou si elles vont être utilisées dans un but supplémentaire.

Eh bien, avant le 25 mai 2018, ce n’était pas légal, mais les amendes données aux entreprises qui transgressaient ces règles étaient complètement dérisoires, à tel point que rien ne changeait. C’est le premier point qui change grâce au RGPD, le montant des amendes et c’est celui qui a fait réagir beaucoup de monde.

Voici les nombreuses choses qui changent depuis l’application de ce nouveau règlement :

  1. Consentement des mineurs : une limite d’âge est définie à partir de laquelle un mineur peut donner son consentement à l’utilisation de ses données.
  2. Portabilité des données : il s’agit de la possibilité de télécharger ses données pour pouvoir les transférer d’un service à un autre (ex : transférer ses données de Binance vers Kraken).
  3. Conditions générales d’utilisation : chaque entreprise doit préciser les données qu’elle collecte, ce qu’elle va en faire, donner la possibilité de supprimer les données et de les modifier. En gros, elle doit préciser les règles du jeu dans sa politique de confidentialité.
  4. Cookies : les cookies internet sont des petits fichiers qu’un site web collecte à votre sujet. Ils enregistrent votre utilisation du site web pour pouvoir l’adapter à vous, préremplissent des formulaires pour vous… Ils contiennent donc des informations personnelles et l’utilisateur final doit donc être prévenu qu’on collecte des cookies sur lui. Il doit avoir la possibilité de refuser ces cookies.
  5. Collection de données (en interne et en externe de l’entreprise) : si vous travaillez en entreprise, le service RH doit normalement vous annoncer si elle collecte des données à votre sujet (dans votre contrat généralement). La norme RGPD est donc valable avec les clients mais aussi avec les employés.
  6. Protection des données : les entreprises concernées doivent faire le maximum pour protéger les données de leurs clients (bien qu’une protection totale soit quasiment impossible car il y a toujours une faille).
  7. Responsable du traitement : toute entreprise doit avoir un responsable du traitement des données qui organise et gère les différents flux de données.
  8. Registre de traitement : toute entreprise doit garder un registre qui comprend l’historique des traitements de données personnelles.

Les problèmes du RGPD

Cela veut dire que chaque entreprise doit prendre ses précautions, et mettre des dispositifs de sécurité en place. Celle-ci doit aussi être capable de prouver, à n’importe quel moment, comment les données sont utilisées, dans quel but, et par qui. Bien sûr, l’entreprise doit aussi pouvoir prouver le consentement des principaux concernés à n’importe quel moment.

Cela pose beaucoup de problèmes car il y a d’un côté les grandes entreprises qui n’arrivent parfois pas à distinguer tous les flux de données personnelles, et de l’autre côté, il y a les petites structures qui n’ont pas l’infrastructure nécessaire pour pouvoir sécuriser, et contrôler tous ces flux de données. Dans la plupart des cas, les entreprises ne respectent pas ces règles, malheureusement.

Quelle est l’application du token ROSE dans tout ça ?

Le token ROSE permettra une meilleure traçabilité des informations grâce au principe de la blockchain. L’idée est de pouvoir écrire sur la blockchain de manière chiffrée toutes les informations qui sont partagées avec des entreprise de manière décentralisé et autonome. Vous saurez dire à toute heure, qui a utilisé vos données et dans quel but.

À n’importe quel moment vous pourriez décider de supprimer vos informations chez une entreprise qui a pour le moment accès à vos données personnelles en les rendant illisible (car vous gardez le contrôle sur celles-ci) et chaque utilisation de vos données chez l’entreprise devra être validée au préalable par vous.

Si l’entreprise qui possède vos données souhaite utiliser celles-ci dans un but supplémentaire (ex : vendre vos données à son partenaire X ou Y), vous pourrez demander une compensation, car cela ajoute une utilisation aux données à laquelle vous n’avez pas encore consenti et pour laquelle vous voulez votre « part du gâteau », car ce sont vos données. Il faudra donc trouver un terrain d’entente avec l’entreprise qui a besoin d’utiliser vos données dans ce but supplémentaire.

Comment cela va marcher concrètement ?

Il y aura la possibilité pour les entreprise de créer un formulaire en ligne où on vous demandera des informations personnelles. Ce document pourra comprendre plusieurs conditions et sera assez poussé mais il servira à définir des règles communes pour l’utilisation de vos données ainsi que d’en définir la monétisation. C’est un contrat avec une entreprise, en quelque sorte.

N’hésitez pas à consulter le Livre blanc du projet pour en savoir plus sur celui-ci et à faire vos propres recherches. Cet article n’est pas un conseil en investissement.

Staking de ROSE

Vous pouvez staker des token ROSE en installant une masternode, mais attention à bien en calculer la rentabilité avant de vous lancer dans cette expérience.

Je vous laisse lire la documentation technique à ce sujet ici.

Les tokens seront répartis comme suit avec uniquement 23,5% attribués aux personnes qui font du staking, 58% sont reversés aux investisseurs et 18,5% serviront au besoin de la communauté et de l’écosystème.

Répartition tokens ROSE

Les soutiens de ce projet :

On compte de nombreux grands noms de la crypto (Binance, Huobi…) qui pourront certainement aider ROSE a performer et à mener son projet à bien :

Mon avis

Ayant eu l’occasion dans ma carrière de toucher au sujet du RGPD, je trouve que l’utilité de ce token est indéniable et que cela pourra simplifier et mettre un cadre à l’utilisation des données aujourd’hui car il n’existe rien à cet effet.

La gestion de celle-ci est de plus en plus volumineuse, risque de croître énormément dans le futur et est importante pour les business online et offline.

Le réel défi se situera, selon moi, dans l’adoption de cette nouvelle technologie et comme pour tout projet, il pourrait se casser la figure dès ses premiers mois.

Auteur de l’article : Louis

Passionné de cryptomonnaies depuis plusieurs années et disposant d'expérience en informatique et en marketing, je vous livre mes connaissances du milieu des cryptos.

2 commentaires sur “Token ROSE, la version 2.0 du RGPD

    kevin

    (2 avril 2021 - 20 h 03 min)

    merci pour vos précisions c est une crypto que je trouve intéressante japporte ma pierre en stalkan un peu.

      Louis

      (2 avril 2021 - 22 h 28 min)

      Merci. En effet le tokens Rose a une belle valeur ajoutée 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *