Comment miner simplement (BTC, ETH…) ?

Pendant un temps réservé aux experts, il est désormais possible de miner simplement BTC, de l’ETH et d’autres cryptomonnaies du confort de chez vous. L’investissement peut être minime, alors pourquoi ne pas vous y essayer ?

Qu’est-ce que le mining ?

Avant toute chose : qu’est-ce que le mining ? Ne vous inquiétez pas, nous n’allons pas vous assommer à grand renfort de termes techniques… Cela viendra sous peu, dans un article à venir !

Nous allons simplement aborder les grandes bases nécessaires pour miner simplement BTC et ETH, sans vraiment se porter sur le fonctionnement. Le but est de faire de vous un mineur amateur, et ainsi vous faire gagner un peu d’argent et beaucoup de connaissances.

Pierre angulaire de beaucoup de cryptomonnaies, le mining est un terme omniprésent dans la communauté crypto. Pour faire (très) simple, le mining permet de sécuriser un réseau blockchain grâce au soutien de ses utilisateurs, les mineurs. Ces derniers, en mettant en commun leur puissance de calcul informatique, assurent la validation des transactions.

Alors, miner simplement du BTC, ETH et tant d’autres, est-ce si accessible ?

Miner, c’est rentable ?

Viens maintenant la question la plus fréquemment posée : peut-on être rentable avec le mining en 2020 ?

Et bien oui, on peut en misant sur le bon cheval, mais il faudra se renseigner en amont. En effet, plusieurs facteurs rentrent en compte lorsque l’on parle de mining :

  • Le coût de l’électricité (pas dans le cas du cloudming)
  • La difficulté de l’algorithme choisi
  • Le cours du prix de la crypto choisie
  • Votre hashrate (puissance de calcul)

L’un des outils les plus utilisés afin de s’y retrouver est un site du nom de CoinWarz. Dessus, vous pouvez calculer vos profits espérés en fonction de votre Hashrate (puissance de calcul), de la difficulté du minage de la cryptomonnaie choisie et de votre consommation électrique. D’autres sites vous proposent le même service, à l’image de Stelareum par exemple.

Passons maintenant en revue les différentes méthodes pour miner et leurs avantages et inconvénients.

Rig de mining : miner de chez soi

Coût d’entrée moyen : 2 000 € ou plus

Il fût une époque ou il était possible pour un particulier de miner du Bitcoin (BTC). Le réseau était encore jeune, et sa faible utilisation ne nécessitait pas de puissance de calcul extrêmement élevée. Les rewards en BTC étaient, eux aussi, plus élevés.

En effet, il est possible de miner des crypto en fabriquant ce que l’on appelle un « RIG de minage ». Il s’agit d’un ordinateur équipé de cartes graphiques très puissantes, ou d’un matériel dédié au mining que l’on appelle ASIC.

Rig de minage

Cependant, plusieurs inconvénients se posent avec cette méthode. Déjà, la consommation électrique est très élevée. Qui plus est, l’investissement est conséquent (plus de 2000 €) et le matériel devient rapidement obsolète. Il est désormais très compliqué de tirer un bénéfice convenable avec un RIG si vous vous dirigez vers les cryptomonnaies les plus « mainstream » (BTC, ETH…).

Penchons nous donc sur la différence entre miner avec des cartes graphiques (GPU) et avec des ASICS

GPU – miner avec une carte graphique classique

Nvidia GTX1070ti

L’avantage indéniable de miner via carte graphiques (ou GPU), c’est que si votre matériel est dépassé, vous pourrez le revendre ou l’utiliser à un autre escient !

En effet, les cartes graphiques peuvent trouver une seconde vie. Ce n’est pas le cas d’un ASIC, qui, une fois dépassé, deviendra inutilisable.

En revanche, en vous dirigeant vers les altcoins (XTZ, MWC, RVN …) il vous sera possible d’en tirer quelques profits, si vous misez sur le bon cheval ! En effet, il est possible que le cours de crytpo que vous choisissiez explose subitement. Mais il s’agit là d’un pari aussi risqué que celui du trading.

Le problème, c’est que les altcoins sont nombreux, très nombreux. Parfois, certains projets relèvent de l’arnaque pure et simple. C’est ainsi que de nombreux particuliers et entreprises ont préféré se diriger vers des valeures sures, Bitcoin (BTC) ou Ethereum (ETH) par exemple. Si vous comptez miner la même crypto sur le long terme, un ASIC est peut être ce qu’il vous faut.

ASICs

Mineur de Bitcoin (antminer)

Les ASICs sont fabriqués dans le seul but de miner un type de cryptomonnaie. Chaque machine se concentrera sur un algorithme particulier. L’avantage, ce sont des performances plus élevées qu’avec une carte graphique, pour une fraction de la consommation électrique.

Le problème avec une telle machine, c’est que lorsqu’elle sera dépassée, elle ne vous servira plus à rien et ne sera pas revendable.

En effet, le mining de chaque cryptomonnaie dépend d’un algorithme en particulier. Par exemple, Bitcoin et tous ses forks reposent sur l’algorithme SHA-256, quand Ethereum et ses forks dépendent de l’algo Ethash.

Ainsi, il est possible que miner la crypto que vous avez choisie ne soit plus du tout rentable. Cela peut être dû au cours qui s’effondre, ou a de nouveaux ASICs, plus performants, lancés sur le marché. Et dans ce cas, votre ASIC n’est plus d’aucune utilité ! Informez-vous donc sur la sortie d’un nouveau type d’ASIC et préférez investir dans un ASIC juste après sa sortie sur le marché.

Le cloud mining : miner simplement (btc, eth et autre) en communauté

Coût d’entrée : 10 par mois environ

Parmi les moyens les plus accessible pour miner simplement btc, eth et d’autres, le cloud mining est une excellente solution pour les néophytes.

Une large partie du mining se fait de nos jours dans le cloud. Le principe est simple : plutôt que d’acheter du matériel, vous le louez. Pour ce faire, des entreprises investissent dans l’infrastructure et le matériel pour miner et créent ce que l’on appelle des fermes de minage. Ils ont l’avantage de pouvoir s’établir dans des pays ou le coût de l’électricité et des locaux est moindre, promettant ainsi de meilleurs retours sur investissement.

L’avantage de ce type d’offre est que vous pouvez commencer à tâtons avec de petites sommes et déjà profiter de quelques rewards en cryptomonnaie sans vous inquiéter sur le coût électrique.

De nombreuses entreprises s’offrent ainsi a vous, les plus connues (et donc sûres) étant Genesis et Hashflare.

Cependant, il convient de rester très prudent. En effet, les scams sont légion, et le flou juridique demeure. On se souviendra par exemple de cette fois ou Hashflare avait annoncé l’interruption du mining pour tous les contrats dépendant de l’algorithme SHA-256. Ils avaient pu faire cela légalement, puisqu’une clause dans chaque contrat signé par les utilisateurs les autorisaient. Si le mining n’était pas rentable pour 21 jours consécutifs, tous les contrats étaient annulés. Ce genre de clauses « cachées » ne sont pas si rares dans la cryptosphère, alors armez vous de patience et lisez bien les petites lettres !

Malgré cela, Hashflare reste une plateforme assez sûre, mais le flou entretenu par la plupart des grands acteurs fait parfois du cloud mining un choix risqué. A vous de bien vous renseigner avant de vous y lancer !

Vous voilà donc parés pour tenter une approche en douceur, et commencer à miner simplement BTC, ETH et autres altcoins !

Auteur de l’article : Julien

Rédacteur tombé dans le monde de la crypto il y a un peu plus de 4 ans, chasseur de scams à ses heures perdues, je répondrai a vos questions avec grand plaisir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *